cuisine060625hoffe_a

Au marché forain, un agriculteur de Pierrefonds, renommé pour ses pots d'achards, proposait des hoffes, pommes-en-l'air de son exploitation. Il est relativement rare d'en trouver, et d'en manger. Ce tubercule doit sa dénomination par comparaison à la pomme de terre, qui pousse dans la terre, tandis que l'hoffe - dioscorea bulbifera,     pousse sur une liane qui peut atteindre une dizaine de mètres de long, tout en ayant un goût entre celui de la pomme de terre et de la patate douce ... Il serait paraît-il possible de l'utiliser pour améliorer la cicatrisation des plaies et ulcères, mais pour aujourd'hui, ces quatre pom anlèr  vont aller dans la cocotte ...

cuisine060625hoffe_b

Il faut rapidement les éplucher, les couper en morceaux et les mettre dans l'eau, avec du vinaigre, car l'oxydation semble s'effectuer assez rapidement. Vous pouvez roussir les morceaux dans la cocotte, puis faire de même avec des oignons hachés, ajoutez de l'ail, du thym, laurier, du gingembre râpé, et quelques morceaux de boucané préalablement roussis. Ajouter de l'eau, sans recouvrir complètement. La cuisson est un peu plus longue que celle des pommes de terre, mais en vingt minutes, vous devriez obtenir des pom anlèr moelleuses ... Les hoffes étant par nature assez bourratives, vous pouvez les manger avec des brèdes chou de Chine ...